HISTORIQUE ET MISSIONS

La loi n° 2002-203 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé dite « loi Kouchner » ainsi que le décret n° 2007-434 du 25 mars 2007 pris pour son application ont profondément modifié le régime disciplinaire des professions médicales.

Les deux réformes les plus importantes ont consisté, la première, à transférer la compétence pour statuer en matière disciplinaire qui était jusqu’alors exercée par une section disciplinaire de chaque conseil régional de l’ordre des MK, à une chambre disciplinaire de première instance, et la seconde, à faire du plaignant qui était précédemment un simple témoin, une véritable partie à l’instance. A la différence de la section disciplinaire du conseil régional qui était présidée par un MK élu par ses pairs, la chambre disciplinaire de première instance est présidée par un membre en fonction ou honoraire du corps des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel.

La qualité de partie désormais reconnue au plaignant lui permet de formuler lui-même sa plainte alors qu’il devait auparavant s’en remettre, pour ce faire, au conseil départemental de l’ordre des MKs au tableau duquel était inscrit le MK dont il se plaignait. En tant que partie, il est destinataire de toute la procédure et peut exercer les voies et délais de recours contre la décision qui est prise par la chambre disciplinaire.

Au final, la chambre disciplinaire de première instance est une juridiction administrative spécialisée qui a seule compétence pour statuer, en premier ressort, sur les plaintes visant des MKs à raison de manquements à la déontologie des MKs.

Le Conseil régional de l’Ordre des MKs n’en garde pas moins d’importantes responsabilités en matière disciplinaire puisqu’il assure à la chambre disciplinaire les moyens en personnel nécessaires au fonctionnement de son greffe ainsi que les locaux dans lesquels elle siège. C’est aussi le conseil régional de l’ordre des MKs qui indemnise, sur un mode forfaitaire, les MKs qui participent aux séances de la chambre en tant qu’assesseurs.

 

COMPETENCES

La chambre disciplinaire de première instance n’est compétente que pour connaître des infractions aux dispositions du code de déontologie des MK. Elle ne peut donc être saisie d’une demande de dommages et intérêts en réparation de préjudices de toute nature qu’aurait causés un MK dans l’exercice de son activité professionnelle.

 

COMPOSITION

La chambre disciplinaire est actuellement présidée par Mme. Marie-Pierre STEINMETZ-SCHIES, Présidente honoraire de tribunal administratif.

 

M. Gérard LION  en est le Président suppléant.

 

Outre le président, et le président suppléant, la chambre disciplinaire de première instance de Lorraine comprend :

 

8 assesseurs Titulaires : Jean-Baptiste DEL TORCHIO,  Corinne FRICHE, Christophe FLORIOT, Didier SUCHETET, Jacques MUGNIER, Patrick BOISSEAU, Thierry BAUDA;

 

1 assesseur Suppléant : Frédérique LESAGE

 

Des assesseurs adjoints avec voix consultative : Arielle BRUNNER, Jean PAYSANT, Arnaud GERSTNER, Josette BURY, Suzanne BARBENSON.

 

Le Greffe de la chambre disciplinaire de première instance de la région Lorraine qui a pour mission (sous l´autorité de son président), d’assurer le fonctionnement de celle-ci, est actuellement assuré par Mme